• Présentation – La démocratie aux champs – APCA – 10 octobre 2016

    admin-ajax.php

    Le « Fund for democratic culture » (FDC) a le plaisir de vous inviter à la présentation de

    La démocratie aux champs

    Du jardin d’Eden aux jardins partagés, comment l’agriculture cultive les valeurs démocratiques

    De Joëlle Zask

    Le lundi 10 octobre 2016

    à l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture

    Chambres d’Agriculture France

    9, avenue George V 75008 Paris

    ––

    Programme

    17h30 : Accueil, Auditorium

    Présentation de l’auteur par Gilles Hériard Dubreuil, Président du FDC

    Présentation de l’ouvrage par Joëlle Zask

    18h30 : Débat avec les participants

    20h-21h : Discussion avec l’auteur autour d’un verre, Hall Olivier de Serres

    ––

    Réponse et inscription avant le 1er octobre auprès de Myriam Marzio – fdemocraticculture@gmail.com


    La démocratie aux champs. Du jardin d’Eden aux jardins partagés, comment l’agriculture cultive les valeurs démocratiques

    Paris, Les Empêcheurs de penser en rond / La Découverte – Mars 2016 – 250 pages – 18,50 EUR

    On a l’habitude de penser que la démocratie moderne vient des Lumières, de l’usine, du commerce, de la ville. Opposé au citadin et même au citoyen, le paysan serait au mieux primitif et proche de la nature, au pire arriéré et réactionnaire. 

    A l’opposé de cette vision, ce livre examine ce qui, dans les relations entres les cultivateurs et la terre cultivée, favorise la formation de la citoyenneté. Défile alors sous nos yeux un cortège étonnant d’expériences agricoles, les unes antiques, les autres actuelles ; du jardin d’Eden qu’Adam doit « cultiver » et aussi « garder » à la « petite république » que fut la ferme pour Jefferson ; des chambrées et foyers médiévaux au lopin de terre russe ; du jardin ouvrier au jardin thérapeutique ; des « guérillas vertes » aux jardins partagés australiens.

    Cultiver la terre n’est pas un travail comme un autre. Ce n’est pas suer, souffrir ni arracher, arraisonner. C’est dialoguer, être attentif, prendre une initiative et écouter la réponse, anticiper, sachant qu’on ne peut calculer à coup sûr, et aussi participer, apprendre des autres, coopérer, partager. L’agriculture peut donc, sous certaines conditions, représenter une puissance de changement considérable et un véritable espoir pour l’écologie démocratique. 

    ––

    Joëlle Zask enseigne au département de philosophie de l’université Aix-Marseille. Elle est l’auteur de Outdoor artLa sculpture et ses lieux (Les empêcheurs de penser en rond, 2013) et vient de publier une Introduction à John Dewey (La Découverte, 2015)

    ––

    Le « Fund for democratic culture » (FDC) est un fonds de dotation créé en 2011 dans l’objectif de soutenir et de développer des actions d’intérêt général de recherche et d’étude à caractère scientifique et de formation destinées à promouvoir le concept de culture démocratique et de soutenir son développement au sein de la population et des institutions, au plan territorial, national et international.