• Gilles Hériard Dubreuil

    IMG_1744

    Gilles Hériard Dubreuil, directeur de Mutadis, né en 1957, a une formation en mathématiques et en sciences humaines (sociologie, éthique, gestion des risques). Il a développé, au sein de différentes sociétés d’étude de 1982 à 1990 puis au sein de Mutadis à partir de 1991, des activités de recherche et de conseil dans les domaines de la gouvernance des activités à risques et du développement durable, ainsi que dans la conception et l’expérimentation de dispositifs de gouvernance démocratique au plan territorial, national et international. Il intervient notamment depuis 1991 sur des problématiques de réhabilitation des conditions de vie, dans le contexte post-accidentel de Tchernobyl.
    Gilles Hériard Dubreuil est également secrétaire du Réseau Nuclear Transparency Watch, réseau européen de vigilance citoyenne sur la sûreté et la transparence dans le nucléaire créé en 2013 suite à l’appel lancé par les députés européens « pour une vigilance sur la transparence nucléaire ».
    Une lettre ouverte de Gilles Hériard Dubreuil relative au dossier sur « la désinformation nucléaire » a été adressée aux 695 associations du Réseau Sortir du Nucléaire (RSN) le 6 janvier 2005.

    Stéphane Baudé

    Photo_SB

    Stéphane Baudé, né en 1977, est ingénieur de l’Ecole Polytechnique et de Supélec et ancien auditeur du DEA « Analyse comparative des aires politiques en Europe post-communiste » de l’IEP de Paris. Il a rejoint Mutadis en 2004 et intervient notamment sur les projets concernant la gouvernance des nanotechnologies (Nanoforum), de la gestion des déchets radioactifs (projet européen COWAM in Practice), des risques industriels majeurs, la contribution de la société civile au développement durable (projet européen Civil Society for Sustainability) et la réhabilitation des conditions de vie dans les territoires contaminés par l’accident de Tchernobyl (programme CORE).

    Julien Dewoghélaëre

    IMG_2583

    Julien Dewoghélaëre, né en 1980, est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux et titulaire d’un DEA « Action Publique, Pouvoir et Territoire ». Après des études en doctorat de sciences politiques sur la gouvernance des petites villes et le rôle des associations d’élus, il a rejoint l’Association VivAgora en tant que chargé de mission Nanotechnologies, puis Mutadis en 2011. Il intervient notamment sur des projets relatifs à la mise en œuvre de la notion de bien commun dans une perspective de renouvellement des outils de gouvernance conventionnelle (marché, politiques publiques). Il a contribué ainsi au projet COMMAIR, réflexion sur l’usage de la notion de bien commun dans le renouvellement des politiques publiques de prévention du risque radon et participe à la démarche engagée par Mutadis autour de la réflexion sur la gouvernance du Très Long Terme. Il collabore également aux projets visant à promouvoir la mise en œuvre effective des trois piliers de la Convention d’Aarhus : accès à l’information et participation des citoyens dûment prise en compte, ainsi que l’accès à la justice lorsque les deux autres piliers ne sont pas respectés. Ainsi, il a activement contribué à la démarche Aarhus Convention & Nuclear (ACN, ACN2) ainsi qu’ aux projets menés en partenariat avec l’Association Nationale des Comités et Commissions Locales d’Information (ANCCLI) et à ceux menés avec le réseau européen Nuclear Transparency Watch (NTW). Il participe également à des projets de recherche européens accordant une place effective à l’avis des partenaires de la société civile dans le cadre de l’expertise indépendante relative à la gestion des déchets radioactifs : SITEX (Sustainable network of Independant Technical EXpertise for radioactive waste disposal) et SITEX- II.

    Myriam Marzio

    10658860_10152335177177231_333118324965207801_o

    Née en 1992, Myriam Marzio est diplômée de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et titulaire d’un Master 2 Recherche « Droit public fondamental ». Elle a rejoint Mutadis en 2015 en tant qu’associée de recherche dans le cadre d’une thèse de doctorat sur « La puissance publique et le commun. Recherche sur les modes de gouvernance alternatifs ». Elle contribue à des programmes européens de recherche liés à la mise en application de la Convention d’Aahrus par l’Union européenne.

    Alexia Vicogne

    IMG_1862

    Née en 1974, Alexia Vicogne a rejoint Mutadis en 2012. Elle assure la gestion administrative et financière de Mutadis.